Le lupanar

On est presque à Pigalle


Maladies cardiaques : des facteurs de risque plus dangereux chez la femme

Les femmes sont plus vulnérables que les hommes à certains facteurs de risque comme le tabac, l’alcool, le diabète et le stress.

Les différentes causes

Le tabac

On note une forte progression de l’exposition des femmes au tabac depuis la fi n des années 1970. Pourtant, ses effets sont plus nocifs pour elles que pour les hommes !
Quel que soit l’âge, une consommation de 3 à 4 cigarettes par jour multiplie par 3 le risque relatif d’accident cardio-vasculaire. Avant 50 ans, plus d’un infarctus sur 2 chez la femme est lié au tabac. Son arrêt total permet de réduire ce sur-risque d’un tiers à 2 ans et totalement à 5 ans.

L’hypertension artérielle

Entre 40 et 69 ans, la pression artérielle systolique usuelle augmente de 20 mm de mercure chez la femme. Après 60 ans, l’hypertension artérielle est donc plus fréquente et plus sévère pour les femmes comparativement aux hommes. La tension ne doit pas dépasser 140/90 au cabinet médical, 135/85 en auto-mesure.
Une mesure pendant 24 h est recommandée pour évaluer la pression artérielle nocturne, plus nocive chez les femmes. L’hypertension artérielle est le premier facteur de risque cardio-vasculaire : elle multiplie fortement le risque d’AVC et d’infarctus du myocarde.

La manque d’activité physique

Ne pas avoir d’activité physique double le risque cardio-vasculaire. Près de 40 % de la population française a une activité physique insuffisante, avec une proportion plutôt plus élevée chez les femmes. Au-delà de 60 ans, l’exercice physique est encore plus indispensable…

coach en salle avec une femme

Le cholestérol

L’élévation du LDL cholestérol (le mauvais) est plus fréquente chez les femmes de plus de 65 ans. Et un taux trop bas de HDL cholestérol (le bon) est un facteur de risque de maladie plus puissant chez elles.

Le surpoids et l’obésité

Ils multiplient fortement le risque cardio-vasculaire et l’impacte négatif sur la santé. Plus de 40 % des Français de plus de 15 ans sont en surpoids, dont 11 % sont obèses. Chez les femmes, la prise de poids est plus fréquente lors de la grossesse et de la ménopause.

Le diabète

Chez les femmes, il augmente le risque de mortalité cardio-vasculaire de 3 à 7 fois, contre 2 à 3 fois chez l’homme, notamment parce qu’il réduit l’effet protecteur des œstrogènes naturels.

Le stress et la dépression

Les facteurs psychologiques (anxiété, stress, dépression) génèrent un risque plus important de maladies cardio-vasculaires chez les femmes, à cause d’un impact plus défavorable sur leur système nerveux autonome et sur la prise de poids. Ces facteurs sont insuffisamment pris en compte.

La précarité

Les femmes vivant en situation de précarité sont plus exposées aux facteurs de risque cardio-vasculaire. Elles n’ont pas toujours la possibilité d’avoir une hygiène de vie équilibrée et sont généralement en situation de stress chronique.

Le syndrome d’apnées du sommeil

Lors de la grossesse et de la ménopause, il favorise l’hypertension artérielle, le surpoids, le diabète, avec leurs éventuelles complications cardio-vasculaires et cérébrales. Il reste sous-dépisté chez les femmes, car les symptômes sont parfois différents pour elles : asthénie et somnolence diurne, plus que ronflement.

La fibrillation atriale

Trouble du rythme cardiaque le plus fréquent, elle provoque la formation de caillots de sang dans le cœur, qui peuvent obstruer les artères, plus fréquemment que chez les hommes. Elle est responsable d’un AVC sur cinq. Symptômes : essoufflement à l’effort, palpitations, douleurs thoraciques, malaises et syncopes…

L’âge et l’hérédité

Le risque cardio-vasculaire augmente avec l’âge. Si l’un de vos parents proches a eu une maladie cardio-vasculaire avant 55 ans pour un homme et 65 ans pour une femme, vous devez renforcer votre propre surveillance.

L’origine ethnique

Les personnes originaires d’Asie du Sud-est ou d’Afrique noire ont un risque plus élevé de développer une maladie cardio-vasculaire. Certains facteurs de risque, comme l’hypertension artérielle et le cholestérol, sont plus néfastes chez elles.

Conseils santé

Au-delà de 40 ans, il est recommandé de faire un bilan au moins une fois par an avec votre médecin. Il passera en revue vos facteurs de risque, mesurera votre pression artérielle. Vous pourrez lui signaler d’éventuels signes que votre corps vous a envoyés, pour qu’il les interprète. C’est d’autant plus important que l’association de plusieurs facteurs de risque multiplie le risque d’accident cardio-vasculaire.

Thématique Santé